L'histoire de la langue française


It may be January, that month which most of us feel is just dark and long - and that's why we need to have fun.  So firstly I have uploaded a photo I took in Mayenne - a vague memory of trees that are still dressed in multi coloured foliage even at the end of October.....and I'm going to enjoy writing about a bit of history...

Nous sommes le 5 janvier, ce mois avec ses longues journées froides et sombres - on a donc besoin de s'amuser.  Et j'ai choisi pour cet article une photo prise à Mayenne -..un souvenir vague des arbres qui sont encore  couverts de feuilles multicolores même à la fin d'octobre....Et je vais me faire plaisir en écrivant un peu sur l'histoire..

Une introduction - un peu d'histoire sur la langue française.

Le français vient du latin. C'est une langue romane.   Mais bien sûl'évolution d'une langue n'est pas simple.



Au cinquième siècle avant J-C on parlait trois langues en France: le grec, le ligure (langue indo-européenne parlée aux époques préromaines et romaines dans le nord-ouest de l'Italie et le sud de la France) et le gaulois.  En l'an 50 avant J-C les Romains ont envahi la France et ils ont apporté le latin qui était leur langue. 

 Au cinquième siècle (après J-C) les Francs ont envahi le pays et ils ont prononcé le latin d'une façon différente en y ajoutant de nouveaux mots  - et en faisant cela ils ont crée une nouvelle langue le roman.  En l'an 800 le roi Charlemagne (742?-814) voulait que tout le monde parle le latin dans les écoles et les églises.  Il y avait donc deux groupes: les gens cultivés qui parlaient le latin et les autres qui parlaient le roman.   Au dixième siècle le roman avait  des centaines de formes différentes. Par exemple pour dire oui les gens du nord disaient oïl et les gens du sud disaient oc.  On parlait donc des langues d'oc - celles parlées dans le sud de la France et des langues d'oïl pour celles parlées dans le nord de la France.  A la fin c'est la langue parlée près de Paris qui devient la langue la plus importante - 'le francien' ou le français

Après la révolution (27 janvier 1794)on a décidé que la langue d'enseignement serait le français.  La langue française continue à évoluer aujourd'hui comme toutes les langues...

L'anglais par contre est une langue germanique...mais c'est une autre histoire

***********************

Vocabulary
le français vient du latin                      French comes from Latin
une langue romane                              a Romance language
envahir                                                to invade
d'une façon différente                        in a different way
créer                                                   to create
rédiger                                                  to draw up /write



English
Introduction - A bit of history on the French language

French comes from Latin. It is a Romance language. But of course the evolution of a language is not simple.

In the 5th century BC three languages were spoken in France: Greek, Ligure and Gaulish. By 50 BC the Romans invaded French and brought their language which was of course Latin. In the 5th century AD the Franks (a Germanic people) invaded the coutry and began to pspeak latin differnet . Adding their own new workd snad in this way we got a new language le roman

In the year 800 king Charlemagne (742-814) decided that Latin must be the language of education and the church. So then there were two groups of people those who were educated and spoke Latin and the others who spoke the Romance. In the 10th century there were hundreds of different forms of this Romance language.

For example in the north of France the word for yes was oïand in the south it was oc.
The title langues d'Oc refer to the dialects spoken in the south of France and Langues d’Oïfor those spoken in the north.  Eventually the dialect spoken near to Paris became the most inportant and widespread and was called francien then français.  

After the French revolution the only language of teaching was to become French. Of course the language has evolved since 1794 and like all languages is still doing so today..

English on the other hand is a Germanic language but that's another story....

***********
Part 2  L'histoire de la langue française avant les Romans  - The history of the French language before the Romans 

Environ six mille ans avant notre ère, des populations qui parlaient des langues dites indo-européennes, occupaient les régions du Caucase et de la mer Noire. Quelques-unes de ces personnes ont décidé de venir en Europe - ce qui engendrait cinq grands courants de langues (hellénistique, germanique, slave, romane et celtique).

On ne sait pas beaucoup sur les populations qui habitaient en France avant les Gaulois. Mais il y avait certainement les Ligures*1, les Grecs, les Ibères et les Aquitains. Nous savons très peu sur la langue des Ligures (le ligure) et des Ibères (l'ibère) mais un peu plus sur la langue des Aquitains (l'aquitain) parce que les Basques sont des descendants de ceux-ci  - et il est très possible que l'aquitain est une forme ancienne du basque.

Quand on parle de l'histoire de la France,  on pense surtout aux Gaulois qui sont arrivés en Europe de l'ouest vers 1000 avant J-C et même plus vers 450 avant J-C. Ces Celtes ou Gaulois sont issus de la famille des tribus indo-européens dont les Grecs et les Italiens font aussi partie.  Et le gaulois est donc une langue celtique qui appartient à la famille des langues indo-européenes et est constituée de dialectes celtiques. Nous avons peu de traces écrites parce que ce peuple ne maîtrisait pas l'écriture mais les Gaulois possédaient une littérature orale - et on dit que la langue gauloise étaient probablement un peu commue le breton actuel.

Nous n'avons aujourd'hui que quelques dizaines de termes qui reste du gaulois, (ruraux en général), comme du vocabulaire de la campagne, bec, mouton, sapin, savon, lande, charrue, chêne, sillon, chemise, caillou, souche, talus - car les gaulois étaient des ouvriers habiles qui construisaient des chars à deux ou quatre roues et leurs divinités étaient des lacs, rivières arbres etc.

Mais les choses commencent à changer quand la conquête romaine de la Gaule commence - vers 120 av J-C, et en moins de 50 ans les Gallo-romains commencent à parler le latin mais c'est un latin un peu différent.....
. 
note:  *1
Le ligure, ou ligurien est un ensemble de parlers gallo-italiques et la Ligurie est une region d'Italie située dans le nord-ouest de la péninsule.

*********************

Chronologie

600 avant J-C    Une colonie grecque à Marseille et les produits de luxe de la Méditerranée s'échangent contre des métaux et des esclaves.


58-51 av J-C    Guerre des Gaules menée par Jules César


31 av J-C         Auguste établit les frontières des trois Gaule : Gallia Celtica, Gallia Aquitania, Gallia Belgica


43 après J-C    Lugdunum (Lyon) devient la capitale des 3 Gaule.
Premiers développement urbain


476 après J-C   Fin de l'Empire romain d'Occident


481            Le Franc Clovis devient le 1er Roi Mérovingien


508            Paris capitale du royaume franc



English

In about 6000 BC populations who spoke a set of languages known as Indo-European occupied the region of Caucasia and the Black sea area. Some of these people decided to come to Europe which brought about five different types of languages (Hellenistic, Germanic, Slav, Romance and Celtic)

We don't know alot about the people who lived in France before the Gauls, but there were certainly the Ligures, the Greeks, the Iberians and the Aquitainians.  We only know a bit about the Ligurian*1 and Iberian languages but we have a bit more knowlege about Aquitainian because the Basque people are descended from the Acquitainians and so it is quite possible their language was an ancient form of Basque.

When we talk about the history of France we think about the Gauls. Certainly the origin of the population of France is linked to this Celtish people who arrived in western Europe towards 1000 BC, and more so around 450 BC. These Gauls come from the same Indo-European tribes that the Italians and Greeks come from. And Gaulish is therefore a Celtic language which belongs to the family of Indo-European languages and is made up of Celtic dialects.  There are few written remains of this language as the Gauls did not write much but they did have an oral literary tradition. Experts think that the Gaulish language was probably a bit like present day Breton.

From 800 BC the Gaulish language become mingled with the other dialects and languages spoken in the region. But today we only have a few words which originate from Gaulish in the French language. These are often words linked to the countryside such as bec, (beak) mouton (sheep), sapin (fir tree), lande, (moor) charrue, (plough) chêne,(oak tree ) sillon, (furrow) , caillou, (pebble), talus, (embankment) for the Gauls were skilled workmen and built two and four wheeled chariots, and they worshipped the lakes, rivers and trees. .

The lanugage situation began to change when the roman conquest of Gaul began - towards 120 BC, and in less then 50 years after that the Gallo-Romans began to speak latin...but it was a latin with a difference

Note: *1
Ligure or the ancient ligurian language is a group of gallo-italian dialects/languages
and liguria is a region of NW italy

to be continued..

600BC    A greek colony in Marseille and luxury products frot he Med are exchanged for metals and slaves

58-51BC   The War of the Gauls led by Julius Caesar

31BC      Auguste establishes the boundaries of the three areas of Gaul: GalliaCeltica, Gallia Aquitania, Gallian Belgica

43AD    Lugdunum (Lyon) becomes the capital of the three areas of Gaul, first urban develeopet

476AD     End of the western Roman Empire

481AD     The Frankish Clovis become the first Merovingien King

508AD     Paris becomes capital fo the Frankish Kingdom

***********
Part 3 La langue française sous les Romans
This is the third part of my history of the French language.  For the two earlier articles see part 1 and part 2.

Voici la troisième partie de mon histoire de la langue française.  Pour les deux articles précédents voir première partie and deuxième partie.

Les armées de Jules César ont envahi la Gaule entre 58 et 50 avant J-C et à cette époque il existait environ 10 millions d'habitants en Gaule qui parlaient le gaulois. On donne le nom Gallo-Romains à ces habitants. La période romaine date de 58 avant J-C jusqu'à l'avènement de Clovis en 486 après J-C.

À cette époque la Gaule (ainsi nommée par les Romains) est une région correspondant à la quasi-totalité de la France jusqu'aux limites de la chaîne alpine au nord de l'Italie et comprenant également la Belgique et une partie de l'Allemagne jusqu'au Rhin.

Les Gaulois n’écrivait pas beaucoup et ils n'ont pas inventé d'alphabet, se contentant d'adapter ceux des peuples avec lesquels ils sont entrés en contact, mais ils avaient une tradition orale pour la transmission des connaissances. Néanmoins les linguistes modernes croient que la langue gauloise avait une homogénité surprenante pour l'Antiquité et pour une région aussi grande que la Gaule.

Pendant l’occupation de la Gaule par des Romains, les habitants (les Celtes/les Gaulois), connaîssent peu à peu une fusion avec la civilisation romaine. Cette romanisation touchait de nombreux domaines de la vie quotidienne à des degrés différents selon les régions et les époques. C’est le début de la civilisation gallo-romaine qui va durer environ six siècles. Et c'est entre le IIe et le Ve siècle que la langue parlée en Gaule passe progressivement au latin. Mais pourquoi les gaulois ont-ils abandonné leur langue au profit du latin?

D'abord, les Romains ont introduit leur système administratif en Gaule et ils ne comprenaient pas la langue gauloise. Donc les Gaulois qui voulait un travail important ont dû adopter les habitudes et la langue de Rome. Il y avait donc une période de bilinguisme latin-celtique. Ensuite le latin était apparenté au gaulois et n'était pas difficile pour les gaulois. Au Ve siècle le latin avait gagné et les langues gauloises avaient disparu. On parlait encore gaulois à la campagne au IVe siècle mais au Ve on parlait latin partout. Néanoins le gaulois avait fourni à peu près 150 mots qui ont finalement passé au français. Ce sont pour la plupart des termes de campagne.

Mais le latin parlé par les Gaulois n'était pas le latin de César mais un latin populaire ou vulgaire qui variait un peu de région en région.

Pour rendre notre histoire plus compliquée et plus interessante, dès le 3ième siècle il est arrivé des invasions qui ont mené à la chute de l'empire Romaine. A cette époque les Francs sont arrivés en Gaule (des gens germaniques orginaires des pays de la Baltique). Au 5e siècle (496) les Francs consitituent environ 20% de la population. L'installation des Francs en Gaule a laisse à peu près 400 termes dans le vocabulaire gallo-romain surtout des termes de guerre (flèche, trêve). Mais au fur et mesure ces envahisseurs germaniques ont adopté la langue romaine en particulier grâce à la conversion au catholisme de leur chef Clovis ce qui a contribué à maintenir le pratique du latin. Et on considère Clovis comme le premier roi de France bien qu il fût en réalité le roi des Francs. Trois siècles plus tard, Charlemagne encourage lui aussi l'enseignement du latin. Cette duplicité latin /germanique va se généraliser et peser sur la langue francaise en gestation.

Au 8e siècle au nord de la Loire il y a un mélange du latin (ou roman) et du francique ce qui a donné la langue d'Oïl (oïl = oui) et après le Vie siècle la Gaule du Nord est appelé France. Au sud de la Loire c'est la langue d'oc (proche du Latin) qui est parlée.

Finalement l'existence d'une langue different du latin et du germanique est attestée dè le VIII siècle avec le premier texte les Serments de Strasbourg (842)…..

************************

English

The armies of Julius Cesar invaded Gaul between 58 and 50BC and at this time there were about 10 million inhabitants in Gaul who spoke the Gaulish language.  We now call these inhabitants Gallo-Romans. The Roman period dates from 58 C until the arrival of Clovis in 486 AD.

At this time Gaul (named such by the Romans) was a region corresponding to nearly all France up to the limits of the Alpine mountain range in the north of Italy, including Belgium and a part of Germany as far as the Rhine.   The Gauls didn’t write much and they didn't invent an alphabet so were happy to adapt those of the people they came into contact with.They did have an oral tradition for passing on knowledge, and modern linguists believe that the Gaulish language was surprisingly homogeneous for the times and the size of Gaul.

During the occupation by the Romans the inhabitants of Gaul (Celts or Gauls) gradually fused with the Roman civilisation. This romanisation affected numerous aspects of daily life in varying degrees depending on the era and region. This was the beginning of the Gallo-Roman civilisation which was to last six centuries. It is between the second and fifth centuries AD that the language spoken in Gaul slowly became a form of Latin. But why was Latin so successful in Gaul?

Firstly the Romans introduced their administrative system into Gaul and they didn;t understand the local language. So the locals who wanted to get on in society had to adapt the Roman culture and language. This naturally led to a period of bilingualism. Also Latin was related to gaulish and was not difficult for the locals to learn.

In the 5th century latin had won over and the Gaulish languages had disappeared. People still spoke the Gaulish language in the countryside in the 4th century but by the 5th Latin was spoken everywhere.   Nevertheless Gaulish had provided about 150 words which finally passed into the French. These are mainly terms to do with the countryside.  However, the Latin spoken by the Gauls was not the Latin of Caesar but a popular or vulgar Latin which varied somewhat from region to region.

To make our story more complex and more interesting, from the 3rd century the invasions which led to the fall of the Roman empire began. These invaders were the germanic Franks who arrived in Gaul (originally from the Baltic) and by the 5th century (496) the Franks made up about 20% of the population of Gaul.  And their immersion left about 400 terms in the the gallo roman vocabulary especially terms to do with war. But gradually these germanic invaders adopted the Gallo-Roman language especially when their leader Clovis converted to catholicism. Clovis I is considered by many French people as the first King of France although he was actually the King of the Franks.  Three centuries later Charlemagne also encouraged the teaching of Latin throughout the land.

So by the 8th century to the north of the Loire there was a mixture of Latin (or Roman) and Francique which gave rise to the famous langue l'Oil (oil = oui) and after the 5th centruy the north of Gaul became known as France.

To the south of the Loire it is the other famous langue d'Oc (closer to Latin in its makeup) . It is all very fascinating and all very complicated and would take years and years of study to find out all the intricacies of  how things happened.  But finally the existence of a language that was different from matin and Germanic is witnessned from the 8th century with the first text written in old French the famous Serments de Strasbourg (842).

***********
 L'ancien français IX au XIII siècle - partie 4- Old French IX to XIII centuries - part 4

Voici la 4e partie de mon  histoire de la langue française.  Pour les parties précédentes voir

La langue française est née vers le IXe siècle, mais c'est un français naissant parlé par les personnes instruites et seulement à Paris, Senlis, Orléans.

On peut fixer une date pour la première manifestation de l'existence de cette langue – en 842 avec le texte Les Serments de Strasbourg. Ce texte nous montre un exemple du plus ancien français. C'est un accord entre deux des petits-fils de Charlemagne, Louis le Germanique et Charles le Chauve, contre leur frère Lothaire....



Les Serments de Strasbourg
L'ancien français
 Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, d'ist di en avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo et in aiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dift, in o quid il mi altresi fazet, et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai, qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.
________________

Le français moderne
Pour l'amour de Dieu et pour le peuple chrétien et notre salut commun, à partir d'aujourd'hui, en tant que Dieu me donnera savoir et pouvoir, je secourrai ce mien frère Charles par mon aide et en toute chose, comme on doit secourir son frère, selon l'équité, à condition qu'il fasse de même pour moi, et je ne tiendrai jamais avec Lothaire aucun plaid qui, de ma volonté, puisse être dommageable à mon frère Charles.

*********************************

On peut également citer la Séquence de sainte Eulalie, le premier texte littéraire écrit en cette nouvelle langue. C'est un poème de 29 vers qui raconte la vie d'une jeune fille martyrisée au IVe siècle. Dans ce texte en ancien français écrit au IXe siècle, on reconnaît un peu mieux la langue contemporaine.

Cantilène ou la sequence de sainte Eulalie (extrait)

L'ancien français
Buona pulcella fut Eulalia
Bel avret corps bellezour anima

Enz enl fou la geterent, com arde tost:
Elle colpes non avret, por o no's coistm
________________

Le français moderne
Eulalie était une jeune fille vertueuse
Elle avait un beau corps et une âme encore plus belle

Dans le feu ils la jetèrent, afin qu'elle brûla vite
Elle n'avait pas commis de fautes, pour cela,
elle ne brula pas.
*******************

A cette époque dans le nord de la France, on parlait plusieurs variétés de Langue d'Oïly compris le françois dans la région de l'Île-de-France. Les rois de France, pour leur part, parlaient encore le francique (une langue germanique) tout en utilisant le latin comme langue seconde pour l'écrit. Mais les gens ordinaires étaient monolingues et parlaient un des dialectes de leur région. Les personnes instruites écrivaient en latin d'Église (ou le latin des lettrés) et communiquaient entre eux par cette langue.

Dans le sud de la France les gens parlaient des variétés de Langue d'Oc (provençal, languedocien, gascon, limousin, etc) qui était plus proche du latin que la langue d'OïlOn parlait des langues franco-provençales dans le Centre-Est du pays. Il faut noter qu l'on employait au singulier langue d'oïl ou langue d'oc pour désigner les langues du nord et du sud, car les gens de l'époque les considéraient plutôt comme des variétés linguistiques mutuellement compréhensibles que de langues distinctes.

Hugues Capet (en 987) est le premier roi de France (encore désigné comme le roi des Francs) qui parlait comme langue maternelle la langue romane vernaculaire (plutôt que le germanique), qui sera appelé plus tard le françois ou françoys (prononcé [franswè] qui est à mon avis une très jolie prononciation.

Le premier roi de France
Ce n'est qu'en 1119 que le roi Louis VI le Gros (roi de 1108 à 1137) se proclama, dans une lettre au pape Calixte II roi de France (rex Franciai), plus précisément 'roi de la France', non plus des Francs.

Bien que le français (françoys) ne soit pas encore une langue officielle au 12e siècle (c'était le latin à l'écrit), il était néanmoins utilisé comme langue véhiculaire par les couches supérieures de la société et dans l'armée royale. Et quant aux écrivains, ceux qui n'écrivaient plus en latin, ont cessé en même temps d'écrire en champenois, en picard ou en normand pour privilégier le françoys.

La langue du roi de France
Au cours du XIIe siècle, on a commencé à utiliser le françois à l'écrit, particulièrement dans l'administration royale, qui l'employait parallèlement au latin. Mais c'est au XIIIe siècle qu'ont apparu des œuvres littéraires en françois. Le peuple ne connaissait rien de cette langue, même en Île-de-France (région de Paris) où il continuait à utiliser les dialectes.

Lorsque Louis IX a accédé au trône de France (1226-1270), l'usage du françois de la Cour avait plusieurs longueurs d'avance sur les autres parlers en usage, mais il n'était pas parlé partout en France et pour quelques siècles encore, le latin fonctionnera comme langue de l'écrit et dans les écoles, pendant que les dialectes resteront l'apanage à l'oral des classes populaires dans presque toute la France.

******************
À la fin du Moyen Âge, on trouvait partout en France des gens pouvant se faire comprendre en françois. Dans son Esclarcissement de la langue francoyse écrit en anglais (1530), John Palsgrave apporte ce témoignage: 'Il n'y a pas non plus d'homme qui ait une charge publique, qu'il soit capitaine, ou qu'il occupe un poste d'indiciaire, ou bien qu'il soit prédicateur, qui ne parle le parfait françois, quel que soit son lieu de résidence.'

En même temps, les paysans qui constituaient quelque 90% de la population, continuaient à pratiquer leur langue maternelle régionale mais parfois ils utilisaient quelques mots du françois. À la fin du Moyen Âge, la majorité des citadins pouvait lire le françois, sans nécessairement l'écrire. Dans les campagnes, l'analphabétisme régnait, mais beaucoup de paysans pouvaient lire en françois des textes simples comme des contrats de mariage, des testaments, des actes de vente, des créances, etc.

L'état de l'ancien français

L'ancien français est né et c'est tout à fait différent du latin, mais le français n'était pas encore une langue de culture et ne pouvait rivaliser ni avec le latin ni avec l'arabe. Cependant, le français allait encore s'affranchir de ce qui lui restait du latin lors de la période du moyen français.


**********************
English

Here is the 4th part of my history of the French language.  For the previous sections see

Old French from the IX to the XIII centuries
The French language came about towards the IXth century but this was a language just in its early stages and spoken by the educated people mainly around Paris, Senlis and Orleans.

However, we can fix a date for the first written evidence of this distinctly French language - in 842 with Les serments de Strasbourg (the oaths of Strasbourg). This text has left us with an example of the oldest French. The text is a pledge of allegiance between two of the grandsons of Charlemagne. Louis le Germanique and Charles le Chauve, against their brother Lothaire.

Les Serments de Strasbourg

Old French
 Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, d'ist di en avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo et in aiudha et in cadhuna cosa, si cum om per dreit son fradra salvar dift, in o quid il mi altresi fazet, et ab Ludher nul plaid nunquam prindrai, qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit. 

Modern French
Pour l'amour de Dieu et pour le peuple chrétien et notre salut commun, à partir d'aujourd'hui, en tant que Dieu me donnera savoir et pouvoir, je secourrai ce mien frère Charles par mon aide et en toute chose, comme on doit secourir son frère, selon l'équité, à condition qu'il fasse de même pour moi, et je ne tiendrai jamais avec Lothaire aucun plaid qui, de ma volonté, puisse être dommageable à mon frère Charles.

English
For the love of God and for Christendom and our common salvation, from this day onwards, as God will give me the wisdom and power, I shall protect this brother of mine Charles, with aid or anything else, as one ought to protect one's brother, so that he may do the same for me, and I shall never knowingly make any covenant with Lothair that would harm this brother of mine Charles.”
******************

We can also quote la Séquence de Sainte Eulalie, the first literary text written in this new language. It is a poem of 29 lines which describes the life of a young girl martyred in the IVth century. In this old French text written in the IXth century we can recognise the contemporary language a bit more easily:

Cantilène ou la sequence de sainte Eulalie

Old French
Buona pulcella fut eulalia.
Bel auret corps bellezour anima
Voldrent la veintre li deo Inimi.
Voldrent la faire diaule seruir
Elle no'nt eskoltet les mals conselliers.
Qu'elle deo raneiet chi maent sus en ciel.

Modern French
Bonne pucelle fut Eulalie.
Beau avait le corps, belle l’âme.
Voulurent la vaincre les ennemis de Dieu,
Voulurent la faire diable servir.
Elle, n’écoute pas les mauvais conseillers
Qu’elle renie Dieu qui demeure au ciel

English
Eulalia was a good girl,
She had a beautiful body, a soul more beautiful still.
The enemies of God wanted to overcome her,
they wanted to make her serve the devil.
She does not listen to the evil counsellors,
(who want her) to deny God, who lives up in heaven.
***************

At this time in the north of France the ordinary people spoke several varieties of the new vernacular - Langue d'Oïl, (Old French) including le françois in the region l'Île-de-France around Paris. The kings of France still spoke le francique (a Germanic language) while using Latin as a secondary language for writing. The ordinary people were monolingual and spoke only one of the dialects of their region. The few very well educated people wrote in Church Latin which was the Latin of the educated people and communicated with one another in Latin.

In the south of France the ordinary people spoke in varieties of Langue d'Oc (Provençal, Languedocian, Gascon, Limousin etc) which was more like Latin than the langue d'Oïl. In the centre-east of the country franco-provencal languages were spoken. Even in those days the terms langue d'oïl ou langue d'oc were used in the singular to designate the languages of the north and the south as they were considered as mutually comprehensible linguistic varieties than distinct languages.

Hugues Capet (987) was the first king of France (at the time called the king of the Franks) to speak the new vernacular language (rather than Germanic) as his mother tongue - that is the language which would later be called françois ou françoys (prononcé[franswè]).

The first king of France
Then in 1119 Louis VI le Gros (king from 1108 to 1137), a descendant of Hugues Capet referred to himself in a letter to pope Calixte II as 'king of France' (rex Franciai), rather than king of the Franks.  French was not an official language in the 12th century (Latin was such for writing) but it was used a language of communication by the higher ranks of society and in the royal army. And those writers who were no longer used Latin for their work stopped writing in Champenois, Picard or Norman in order to give more status to le françoys..

The language of the king of France
During the course of the XIIth century le françois was widely used in writing, particularly in royal administration which also used Latin. But it is in the XIIIth century that literary works began to appear in françois. Of course the ordinary people did not know this language even in the Ile de France (Paris region) where local dialects continued to survive.
When Louis IX came to the throne of France (1226-1270) francois was being used much more than other dialects but it was not spoken everywhere in France. Gradually the language spoken by the king in France gained ground particularly over the other varieties of langue d'oïl. But for a few more centuries Latin kept its prestige for writing and in schools while the dialects remained the language spoken by the ordinary people throughout France.

At the end of the Middle Ages you could find people all over France who understood le francois. In his.Esclarcissement de la langue francoyse 1530 (the first grammar of the French language for English people wanting to learn French – written in English despite its French title) John Palsgrave said of the population of France

 'there is no longer any man in public service whether he is a captain or in the civil service or a preacher who does not speak perfect French no matter whereabouts in the land he lives.' 

Throughout this era the peasants who made up 90% of the population continued to speak in their region variations of the language though they were beginning to use a few words of le françois. At the end of the middle ages the majority of citizens could read French (françois) without necessarily being able to write it. In the countryside illiteracy was rife but many peasants could read very simple texts such as marriage contracts or oaths.

Old French had moved on from Latin and was now a completely new language but French was not yet a language of culture and was unable to rival Latin or Arabic.
However, it is in the next era - that of middle French when the language develops and no longer ressembles Latin at all….


***********

Partie 5 - L'histoire de la langue française – Le moyen français

Quand on parle du moyen français on parle du français parlé entre le XIVe et XVe siècle, c'est-à-dire à la fin du Moyen Age et à l'époque de la Renaissance (de 1340 à 1611). Pendant cette période la France connaît une période de misère avec la guerre de cent ans contre L'Angleterre et la grande peste - qui entraîne une désorganisation des insitutions. En général la période du moyen français était une période de transition entre l'ancien français et le français moderne.


Dès l'époque de Philippe le Bel (1268-1314) on avait commencé à employer assez régulièrement le français (le françois) au lieu du latin dans les actes officiels et dans les parlements régionaux. Maintenant cette langue administrative et judiciaire faisait concurrence au latin. Cependant on employait encore la lingua occitana en Occitanie, mais après 1350 l'administration royale expédiera de plus en plus des actes rédigées en françois.Mais on voit la tendance vers de nombreux emprunts du latin et du grec à partir de textes classiques qui se fit au détriment du vocabulaire très riche et varié de l'ancien français.

Si on considère les détails de la langue française au XIVe siècle tout le système de l'ancien francais s'est simplifiémais le changement le plus important est la disparition des déclinaisons, favorisant une stabilisation de l'ordre des mots dans la phrase comme – sujet + verbe + complémentLes prépositions remplacent alors les multiples déclinaisons et la plupart des diphtongues et triphtongues disparurent. Les prépositions et les conjonctions se développèrent et la phrase devint plus complexe. L'orthographe commença à se fixer, comparativement à l'ancien français, tout en se compliquant  Le français se répandit de plus en plus en France au XIVe siècle mais avec une véritable invasion de latinismes.

Il ne faut pas oublier qu'à l'époque de la Renaissance la plupart des Français (99%) ne parlaient pas le français, mais leur langue régionaleOn ne parlait français qu'à Paris et au sein des classes aristocratiques du nord de la France. Mais avec ses 15 millions d'habitants, la France restait le pays le plus peuplé d'Europe et les impôts rendaient le roi de France plus riche que ses rivaux, ce qui contribua à asseoir son autorité et à promouvoir sa langue.

Les serments de strasbourg en ancien français et en moyen français
Ancien francais (XIe siècle)
Por dieu amor et por del crestiien poeple
et nostre comun salvement,
de cest jorn en avant, quan que Dieus saveir
et podeir me donct,
si salverai jo cest mien fredre Charlon,
et en aiude, et en chascune chose,
si come on par dreit son fredre salver deit,
en ço que il me altresi façet,
et a Londher nul plait onques ne prendrai,
qui mien vueil cest mien fredre Charlon
en dam seit.

Moyen français (XVe siècle)
Pour l'amour Dieu et pour le sauvement du chrestien peuple et le nostre commun,
de cest jour en avant, quan que Dieu savoir
et pouvoir me done,
si sauverai je cest mien frere Charle,
et par mon aide et en chascune chose,
si comme on doit par droit son frere sauver,
en ce qu'il me face autres,
et avec Lothaire nul plaid onques ne prendrai,
qui, au mien veuil, à ce mien frere Charles
soit à dan.

Le français devient la langue de la nation
L'événement le plus important dans l'histoire de la langue française fut peut-être la célèbre ordonnance royale de François Ier en 1539: l'édit de Villers-Cotterêts. C'est dans son château de Villers-Cotterêts que François Ier signa l'édit qui imposait le français comme langue administrative au lieu du latin. Le même édit obligeait les curés de chacune des paroisses du royaume de tenir un registre des naissances:

Article 110: Afin qu’il n’y ait cause de douter sur l’intelligence des arrêts de justice, nous voulons et ordonnons qu’ils soient faits et écrits si clairement, qu’il n’y ait, ni puisse avoir, aucune ambiguïté ou incertitude, ni lieu à demander interprétation.

Article 111: Et pour ce que telles choses sont souvent advenues sur l’intelligence des mots latins contenus dans lesdits arrêts, nous voulons dorénavant que tous arrêts, ensemble toutes autres procédures, soit de nos cours souveraines et autres subalternes et inférieures, soit de registres, enquêtes, contrats, commissions, sentences, testaments, et autres quelconques actes et exploits de justice, soient prononcés, enregistrés et délivrés aux parties, en langage maternel français et non autrement.

Cette mesure royale fit du français la langue de l'État et au cours de cette époque, (entre 1450 et 1550), les langues occitanes (auvergnat, limousin, gascon, languedocien, provençal) disparurent des archives administratives et judiciaires dans le midi de la France. Vers 1520 la Bible fut traduit en français. De plus, l'imprimerie (1470) favorisa la diffusion du français: il était plus rentable aux imprimeurs de publier en français qu'en latin parce plus plus de lecteurs pouvait comprendre le français.

*********************

English -Middle French
When we talk about middle French we are referring to the language spoken between the XIVth and XVth centuries, that is the end of the middle ages and during the Renaissance period (1340 to 1611). During this era France went through times of poverty with the hundred years war against the English and the plague, and all this brought about great disorganisation in generalBut this period of middle French was a time of transition between old French and modern French.

From the time of Philippe le Bel (1268-1314) they had begun to use French instead of Latin in official documents and regional parliaments. French was beginning to rival Latin. However the lingua occitana was still being used in the south. But after 1350 the royal administration was drawing up more and more acts in French, but it was a form of French that had many words brought in from Latin and Greek (to the detriment of the rich varied vocabulary of old French).

During this time the French language became simpler and the major change was the disappearance of cases which caused sentences to be structured as subject + verb + complement. Prepositions replaced the many cases and middle French came into being. The majority of diphthongs and triphthongs disappeared and people began to use simpler vowel sounds in the spoken language. Prepositions and conjunctions developed and the sentences became more complex. Spelling became more standardised in comparison with old French though it also became more complicated.

We must not forget that at the time of the Renaissance most French people (99%) did not speak French but their own regional dialect. French (le françois) was only spoken in Paris and among the aristocratic classes in the north of France. With its 15 million inhabitants France remained the highest populated country in Europe and its taxes made the French king richer than his foreign counterparts. All this helped to give him the power to promote his language.

The Oaths of Strasbourg in Old and Middle French
Ancien francais (XIe siècle)
Por dieu amor et por del crestiien poeple
et nostre comun salvement,
de cest jorn en avant, quan que Dieus saveir
et podeir me donct,
si salverai jo cest mien fredre Charlon,
et en aiude, et en chascune chose,
si come on par dreit son fredre salver deit,
en ço que il me altresi façet,
et a Londher nul plait onques ne prendrai,
qui mien vueil cest mien fredre Charlon
en dam seit.

Moyen français (XVe siècle)
Pour l'amour Dieu et pour le sauvement du chrestien peuple et le nostre commun,
de cest jour en avant, quan que Dieu savoir
et pouvoir me done,
si sauverai je cest mien frere Charle,
et par mon aide et en chascune chose,
si comme on doit par droit son frere sauver,
en ce qu'il me face autresi,
et avec Lothaire nul plaid onques ne prendrai,
qui, au mien veuil, à ce mien frere Charles
soit à dan.

French becomes the language of the nation

The most important event in the history of the French language was perhaps the famous royal ordinance of Francis I in 1539  the ordinance of Villers-Cotterêts. This was signed at his château at Villers-Cotterêts and it made French the only official language – not Latin. The same piece of legislation forced curates in all the parishes to keep a register of birthsThe most important articles of this edict concerning the language are below.

Article 110
We wish and order that they [judicial acts] be drawn up and written so clearly that there be neither ambiguity nor uncertainty nor the possibility of ambiguity or uncertainty, nor grounds for asking for interpretation thereof.

Article 111
And because so many things often happen due to [poor] understanding of Latin words used in decrees, we intend that henceforth all decrees and other proceedings, whether of our sovereign courts or others, subordinate and inferior, or whether in records, surveys, contracts, commissions, awards, wills, and all other acts and deeds of justice or of law, that all such acts are spoken, written, and given to the parties [concerned] in the French mother tongue, and not otherwise.

This royal act made French the language of the state and during the course of this century (1450-1550) the occitan dialects (Auvergnat, Limousin, Gascon, Languedocian, Provençal) disappeaed from administration in the south of Franhe.  About 1520 the Bible was translated into French.  And when printing was introduced (1470) this also help the spread of the French language: it was more profitable to publish in French than Latin as more people could read French.

***********
Part 6 Le français moderne (au Grand Siècle 1594-1715)
Pendant le grand siècle il y avait une période de stabilité en France et une prospérité économique. Au XVIIe siècle la France était très puissante en Europe et pendant ce temps la langue française devint plus fixe et plus stable, c'était une période de stabilité sans trop d'innovation.

En 1635 le Cardinal Richelieu fonda l'Académie Française et la première édition du dictionnaire de l'Académie parut en 1694 pour donner un sens fixe aux mots. L'Académie produisit aussi une grammaire (1935) et existait en général pour prendre soin de la langue française. Il fallait donner des règles à cette langue et nettoyer les régionalismes, les dialectalismes, les mots étrangers, les termes techniques et les jargons. Cependant ce dictionnaire n'eut pas le succès des dictionnaires concurrents car il préconisait un français idéal et non le français réel. (La neuvième édition du dictioinnaire de l'Academie, dont la publication débuta en 1992, est encore cours avec le dernier tome prévu pour 2017.) Bien que l'Académie Française a certainement une présence symbolique et réelle chez les Français et les autres francophones il est peut-être vrai que cette institution n'a jamais exercé une réelle influence sur l'usage du français.

Les langues régionales
Pendant le grand siècle les langues régionales de France perdirent leur prestige dans le Nord du pays, mais elles ne disparurent pas. Dans la plupart des villes du Nord, les ouvriers, les artisans et les commerçants savaient parler le français et cette langue était comprise par la bourgeoisie et les commerçants dans les centres urbains. Le français était une langue officielle, mais aristocratique, bourgeoise, littéraire et académique, parlée peut-être par moins d'un million de Français sur une population totale de 20 millions. Voici un témoignage de François Ranchin (1634) (le chancelier de l'université de médecine à Montpellier) au sujet de la région de l'Auvergne: 'Le langage du peuple y est grossier; mais les gens de qualité de toutes les professions s'accoustument à la langue françoise, et en acquierent les graces.'

L'état de la langue française
On appelle la langue écrite de cette époque 'le français moderne' parce que nous pouvons lire les textes sans avoir besoin d'une traduction, mais l'état de la prononciation aristocratique ne correspondait pas à celle d'aujourd'hui. À cette époque, 99% de la population était anelphabète et donc cette langue française parlée par l'élite (le français du roy) pénétrait très lentement dans les parlers du français populaire, car le peuple ignorait les règles d'ordre et de pureté de la langue.

1. Autour de Paris les gens ordinaires parlaient une des formes de français populaire, marqué de provincialismes et d'expressions argotiques. Ces parlers avaient leur centre à Paris et dans la région environnante, mais ils étaient aussi employés dans la plupart des villes du Nord.

2. Au fur et à mesure qu'on s'éloignait de Paris et des grands centres urbains, les locuteurs n'avaient qu'une connaissance passive du français populaire. Normalement ils parlaient leur patois maternel, mais ils comprenaient le français du peuple (non celui du roi). Ils habitaient les régions d'oïl (du nord) de la France: la Normandie, la Champagne, la Picardie, la Loire etc - surtout dans les villes ou à la péripherie des villes car on parlait le patois local à la campagne.

3. Dans le sud du pays (les régions d'oc), même les personnes cultivées ne parlaient guère le français, même si elles le comprenaient assez bien. Cependant, pour les paysans des provinces du Sud et des provinces éloignées comme la Bretagne, la Flandre et l'Alsace le français demeurait une langue  étrangère.  Les gens de la campagne parlaient les patois. Ils étaient unilingues et n'avaient aucune connaissance active ou passive du français.

Néanmoins pendant le grand siècle la langue française devient une langue internationale. On la parlaient partout en Europe. Le français était particulièrement diffusée en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse, en Italie, dans les pays scandinaves, en Russie tsariste et jusque dans les Amériques (Canada, Louisiane, Antilles). Dans toutes les cours de l'Europe on trouvait des Français ministres, ingénieurs, fonctionnaires, académiciens, peintres etc. Ceux-ci exportaient le françois (toujours prononcé [franswè]). Frédéric II (Prusse), Govanni Giacomo Casanova (Italie), Robert Walpole (Grande-Bretagne), Catherine II de Russie, Marie-Thérèse d'Autriche, écrivaient tous un français excellent. Paris était alors la capitale universelle.

Voici une remarque du grammairien, Dominique Bouhours (1628-1702), sur la langue française:

'Il n'y a guère de pays dans l'Europe où l'on n'entende le françois et il ne s'en faut rien que je ne vous avoue maintenant que la connaissance des langues étrangères n'est pas beaucoup nécessaire à un François qui voyage. Où ne va-t-on point avec notre langue?

Malgrè le succès de la langue française l'orthographe étaient encore negligé et laissé au goût personnel. Mais la langue progressera considérablement au XVIIIe siècle.....

**************************

English
During the grand siècle there was a period of stability and economical prosperity in France. In the 17th century France was very powerful in Europe and during this time the French language become more fixed and stable; it was a period of linguistic stability but not so much innovation.

In 1635 Cardinal Richelieu founded the Académie Française and the first edition of the dictionary of the Academy was published in 1694 to give a fixed meaning to words. The academy also produced a grammar (1935) and in general looked after the French language. It was necessary to give some rules to this language and cleanse it of regionalisms, dialectal terms, foreign words and jargon. However this dictionary was not as successful as as other dictionaries of the time as it prescribed an ideal French and not real French. (The ninth edition of the dictionary of the Academy which began publication in 1992 is still underway - with the last volume planned for 2017).  Although  its symbolic presence is real enough among the French and other francophones it is perhaps true that the Académie Française has never had a real influence on the usage of French.

Regional languages
During the grand siècle the regional languages of France lost their prestige in the north of the country but they did not disappear.   In most of the towns in the north the workers, artisans and shopkeepers could speak French and this language was understood by the bourgeoisie and the shopkeepers in most urban centres. French was the official language but also artistocratic, bourgeois, literary and academic, and spoken by less than a million of the French people out of a population of 20 million.

On the subject of the Auvergne area François Ranchin (1634) (the chancellor of the faculty of medicine in Montpellier) said the language of the ordinary people is vulgar but the educated people of all professions are used to the French language and have acquired its graces.

The state of the French language
We call the written language of this time 'modern French' because we can read the texts without needing a translation; but the pronunciation was not like that of today. At this time 99% of the population was illiterate and so this French language spoken by the elite (le français du roy) only penetrated very slowly into the popular French dialects for the ordinary people were unaware of the rules of order and purity in the language.

1. Around Paris the ordinary people spoke one the forms of popular French marked by provincial terms and slang expressions. These forms of French were centred around Paris and the surrounding region but they were also used in most northern towns.

2. As you travelled further away from Paris and the big urban centres the people only had apassive knowledge of popular French. Normally they spoke their maternal dialect but they understood and French of the people (not that of the king). They lived especially in the northern areas such as Normandy, Champagne, Picardy, the Loire area and in the towns or on the periphery of the towns for the local dialects ruled in the countryside.

3. In the south of the country (the regions of oc) even the educated people hardly spoke French even if they understood it quite well. However for the peasants of the southern provinces and also in places as far out as Brittany, Flanders and Alsace - French remained a foreign language. In the countryside you only found people who spoke the dialects. They were monolingual and had no active or passive knowledge of French.

During the grand siecle the French language became an international language and people were speaking it throughout Europe. French was particularly diffuse in England, the Netherlands, Germany, Switzerland, Italy, the Scandinavian countries and Tsarist Russia and as far as in the Americas such as Canada Louisiana and the West Indies. In fact there was hardly an Italian or German court where you did not find French ministers, engineers, civil servants or artists. These people were exporting French very efficiently and even Frederick II of Prussia, Giovanni Giacomo Casanova of Italy, Robert Walpole of Great Britain, Catherine II of Russia, Marie Thersea of Austria all could write in excellent French. Paris was the universal capital. The grammarian Dominic Bouhours (1628-1702) said about the French language:

There is hardly a country in Europe where you don't hear French and I must say that now the knowledge of foreign languages is not very necessary to a French traveller. Where can't you go with our language?

In spite of the success of the French language the spelling was still very irregular and left to personal choice....But the language will progress considerably in the course of the 18th century....
fin mai 2017

No comments:

Post a Comment